Un nouveau cabinet dentaire inauguré à l’hôpital de Périgueux

C’est peut-être un début de solution à la pénurie de dentistes en Dordogne, le nouveau cabinet dentaire du centre hospitalier de Périgueux a été inauguré mercredi 22 novembre. Ouvert depuis un peu moins d’un an (en janvier 2017), il accueille chaque jour une trentaine de patients. L’unité comporte trois salles de soins dentaires : deux aux consultations externes de l’hôpital et la troisième dans les Ephad du centre hospitalier. Un chirurgien-dentiste y travaille à temps plein, quatre à temps partiel et deux assistantes dentaires. Mais la clef de voûte de ce nouveau cabinet dentaire reste sans doute qu’il forme quatre étudiants en dernière année à l’université. Quand vous avez besoin de comprendre en détail,vous pouvez vérifier plus de Lampe frontale sur www.athenadental.fr

alt

Un objectif, que certains de ces étudiants décident après leurs études de s’installer en libéral dans le département. En effet, il n’y a que 200 dentistes en Périgord alors qu’il en faudrait 300 pour répondre aux besoins de la population. Marine Charlery a bien compris le message. Elle est venue de Guadeloupe pour étudier la chirurgie dentaire à Bordeaux. A 24 ans, la jeune femme n’a pas encore d’idée fixe sur l’avenir, mais pourquoi pas le Périgord. “C’est possible parce que quand on fait ce métier, on le fait avant tout pour les patients”, explique l’étudiante. Quel grossissement de la loupe binoculaire choisir ?

Au-delà de la pénurie, la Dordogne souffre d’une mauvaise répartition de ces praticiens. Un exemple, dans le canton de Vergt, il n’existe qu’un cabinet dentaire pour 17 000 patients. Il en faudrait 10 de plus. Et si on ne fait rien, la situation passera “de critique à catastrophique”, prévient le Dr Frédéric Besse, ancien président du Conseil départemental de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Dent noire

Ce nouveau cabinet dentaire à l’hôpital de Périgueux est donc nécessaire, mais insuffisant car “même si chaque année 3 ou 4 étudiants s’installaient chez nous, ça ne remplacerait pas les 10 à 15 qui partent”. Autre piste envisagée par le Conseil de l’Ordre, inciter les jeunes dentistes à s’installer dans le département grâce à un soutien financier. Car il y a urgence : entre 30 et 40% des praticiens en Périgord ont plus de 55 ans.

Le dentiste sous hypnose, un plaisir

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *