Santé bucco-dentaire : on peut – encore – mieux faire 

Maladies chroniques, risques cardiovasculaires…en plus d’être incommodante et de donner mauvaise haleine, une mauvaise hygiène dentaire peut nuire à notre santé. On connaît bien les règles pour prendre soin cette zone sensible : se laver les dents après chaque repas et au minimum deux fois par jour, et s’astreindre à une visite annuelle chez le dentiste. Pourtant, il semblerait que l’on puisse encore faire des progrès en la matière. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Turbine dentaire sur www.athenadental.fr

alt

Le slogan de l’Union française pour la santé bucco-dentaire ne semble pas usurpé, si l’on en croit les chiffres annoncés à la presse pour les 50 ans de cette association. En effet, depuis 1966, 20 millions de personnes ont été sensibilisées à la santé bucco-dentaire. Six Français sur dix se sont rendus chez leur dentiste au cours de l’année écoulée. Les enfants semblent être les grands gagnants de toutes les actions menées puisque la moitié de ceux de moins de 12 ans sont aujourd’hui indemnes de caries, soit quatre fois plus qu’il y a 20 ans.

L’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD) et Pierre Fabre Oral Care ont mené une grande enquête en ligne auprès de 19 000 personnes via les réseaux sociaux. Elle révèle que les Français n’ont pas intégré les bonnes habitudes : près d’un quart des sondés a déclaré se laver les dents moins de 2 fois par jour. 27% des personnes interrogées pensent être en bonne santé sans pour autant l’être sur le plan bucco-dentaire.

 Globalement, 58 % des Français qui se sont rendus en cabinet dentaire au cours des 12 derniers mois l’ont fait pour une urgence. D’autre part, 47 % des Français consacrent en moyenne 56 secondes au brossage de leurs dents, ce qui est bien inférieur aux 2 minutes minimum recommandées deux fois par jour pour avoir une hygiène suffisante. Pour ce faire, chaque habitant achète 2,2 brosses par an, alors qu’il en faudrait le double en raison de l’usure des poils, et 3,6 tubes de dentifrice alors que la bonne mesure serait de 6.

Depuis la rentrée de septembre 2015, seules 10 classes par département, situées dans les zones prioritaires, sont la cible de ces actions. Résultat : 25 000 enfants sensibilisés à l’école, contre 300 000 auparavant. Certes, de telles opérations ont encore lieu dans d’autres cadres, mais « les inégalités d’accès aux soins restent une réalité », précise le communiqué.

L’hygiène bucco-dentaire et la santé cardiaque sont étroitement liées

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *