Pression sur les soins dentaires

L’ambiance était électrique hier dans l’hémicycle vaudois, à la lecture du contre-projet à l’initiative qui vise à inscrire une assurance obligatoire pour les soins dentaires dans la Constitution. En premier débat, le parlement a rejeté l’initiative et plébiscité la version largement amendée par la droite du texte du Conseil d’Etat. Le contre-projet oppose à l’initiative des mesures ciblées pour favoriser la santé bucco-dentaire. Il prévoit de promouvoir la prévention ainsi que des dépistages et des examens dentaires réguliers. Quand vous avez besoin de comprendre en détail, vous pouvez chercher plus de Bec à gaz sur produits dentaires.

alt

En première lecture, la majorité du parlement a biffé les personnes âgées, atteintes de handicap ou particulièrement vulnérables des cibles du contre-projet, au grand dam de la gauche et du Conseil d’Etat. La droite s’est dite ouverte à leur offrir des aides mais refuse d’inscrire ce public cible dans la Constitution. «Les plus vulnérables sont déjà concernés par des mesures d’aide sociale», a plaidé le PLR Marc-Olivier Buffat. La gauche a quant à elle affirmé sa volonté d’étendre les aides aux personnes de la classe moyenne inférieure, dont le revenu ne permet juste pas d’obtenir des subsides.  Qu’est ce que les caractéristiques du moteur à air ?

Le vert Vassilis Venizelos a tenté sans succès un compromis, avec un amendement qui étend les mesures aux personnes âgées et en situation de handicap particulièrement vulnérables, tout en gardant les enfants et les jeunes comme public cible prioritaire. «Soigner un enfant autiste fait quadrupler le temps d’intervention et dans certains cas extrêmes, une anesthésie générale est nécessaire pour une carie. Cela honorerait notre Constitution d’oser dire que certains types de traitements sont accessibles aux personnes vulnérables», a soutenu le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard. Dents noires causes

Il donne la possibilité à l’Etat de prévoir des aides financières à titre subsidiaire et sous conditions pour couvrir le reste de la facture. «Nous mettons d’abord l’accent sur les produits d’assurance, qui couvrent 75% des frais», a précisé la PLR Christelle Luisier Brodard. «Si j’ai bien compris, vous proposez de rembourser 20 à 25% des traitements dentaires, soit 40 francs pour un traitement de 200 francs. Quant aux Vert’libéraux, tout en soutenant le texte amendé, ils estiment que «des réflexions doivent être menées par tous les groupes entre le 1er et le 2e débat».

Quand l’esthétique dentaire est un sacerdoce

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *