L’Ordre national des médecins-dentistes tient son 2e congrès

Placée sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI et initiée sous le thème «La médecine dentaire à l’horizon 2025 : entre les nouvelles technologies et les besoins de la population», cette grand-messe médicale a donné lieu à un échange sur les expertises en matière de prévention bucco-dentaire et les dernières avancées technologiques et scientifiques dans le domaine de la médecine dentaire. Quand vous souhaitez savoir beaucoup,vous pouvez chercher plus d’éclairage dentaire sur outil dentiste.

alt

Organisé par l’Ordre national des médecins-dentistes (ONMD), ce conclave, qui a accueilli le Sénégal en tant qu’invité d’honneur, a été notamment marqué par la signature des actes de naissance des Unions maghrébine et africaine des médecins-dentistes. Pour le président de l’ONMD, Mohamed Jerrar, ce congrès est d’une grande importance dans la mesure où il constitue une plateforme idoine pour confronter les expériences et échanger sur les meilleures pratiques à même de relever les défis imposés par la prévalence des maladies bucco-dentaires, l’évolution des approches thérapeutiques et le développement rapide des technologies. Connaissez-vous les facteurs à prendre en compte pour choisir un micro moteur ?

À son tour, le directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Abderrahmane Al-Maaroufi, a souligné que la santé bucco-dentaire au Maroc continue de faire face à de multiples défis, malgré les efforts consentis, en premier lieu la lutte contre la pratique illégale de la profession. Il a aussi fait savoir qu’une étude épidémiologique réalisée en 2012 par son département, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a montré que le taux de caries était de 81,8% chez les enfants de 12 ans et de 91,8% chez les 35-44 ans, alors que les maladies parodontales étaient respectivement de 42,2 et 79,2% chez les personnes des mêmes tranches d’âge. Dent noire

C’est ainsi que M. Jerrar s’est insurgé, lors d’un point de presse, contre ces individus sans scrupule qui exercent en toute impunité et bafouent une profession médicale réglementée. À ce titre, il a appelé de ses vœux l’activation de la mise en œuvre des dispositions de la loi 25-14 qui devrait réglementer la profession des prothésistes dentaires, faisant observer que ce projet de loi prévoit, entre autres, l’obligation d’un diplôme de prothésiste dentaire pour exercer, d’un bac scientifique et de trois années de formation.

Pression sur les soins dentaires

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *