LES MATÉRIAUX DE COMBLEMENT OSSEUX

Les substituts osseux sont utilisés en chirurgie buccale, en parodontologie et en implantologie. Ils permettent de recréer un volume osseux suffisant en palliant les insuffisances d’épaisseur ou de hauteur. Leur classification se fait suivant leur origine ou leurs propriétés biologiques. Suivant leur origine, ils sont : I- AUTOGÈNES: c’est-à-dire prélevés sur le patient lui-même; Les sites de prélèvement intrabuccaux sont : – au maxillaire, la tubérosité maxillaire ; – à la mandibule, la symphyse mentonnière, la région rétromolaire et le ramus Les sites de prélèvement extrabuccaux sont : – l’os pariétal ; – l’os iliaque ; – l’os tibial. II- ALLOGÈNES : c’est-à-dire provenant d’autres patients. III- XÉNOGÈNES : c’est-à-dire d’une origine BIOLOGIQUE autre qu’humaine : corail, seiche, mammifères (cheval, vache, cochon, mouton). L’origine bovine est la plus fréquente. La structure (porosité) est proche de celle de l’os humain, elle réalise l’intérêt de ces xénogreffes. Leur ostéointégration unité dentaire dépend du potentiel ostéogène* du site receveur. Leurs propriétés biomécaniques sont intéressantes car quasiment identiques à celles du tissu humain. IV SYNTHÉTIQUES ou Alloplastiques : Tous ces matériaux de substitution peuvent être utilisés seuls ou mélangés avec de l’os autogène. L’intérêt est de réduire la quantité du prélèvement osseux autogène et de rajouter aux produits ostéoconducteurs* une substance possédant des propriétés ostéogéniques*. Les matériaux synthétiques sont : 1° Les céramiques phospho-calciques. – Hydroxyapatites HA Les hydroxyapatites synthétiques sont ostéophiles, ostéoconducteurs*, non résorbables et biocompatibles. Il existe des hydroxyapatites poreuses ou denses (peu utilisés car ils ne permettent pas l’envahissement cellulaire et osseux). Exemples : CERAPATITE®, TRANS-OSSATITE®. – Phosphate tricalcique : α TCP – β TCP Forme poreuse du phosphate de calcium. Généralement encapsulé par du tissu conjonctif, le phosphate tricalcique ne stimule pas la croissance osseuse. La forme la plus utilisée en odontologie est la forme β TCP. Exemples : BIOSORB®, CALCIRESORB®, CEROS®, CERASORB®, BIOSORB®, RTR® – Céramiques biphasées Elles associent l’hydroxyapatite Ca(OH)2 et le β TCP Ca3(PO4)2. Exemples : CALCIRESORB 35®, CERAFORM®, ALASKA® 2° Les polymères : Ciments acryliques , Polyesters aliphatiques 3° Les bio-verres: Très ostéophiles (ostéo-conducteurs*), ils induisent une formation osseuse rapide et réalisent une barrière retardant la migration épithéliale. Les bioverres présentent une résistance mécanique beaucoup plus importante que l’hydroxyde de calcium ou le phosphate de calcium. Une double couche de gel de silicate et de phosphate de calcium se forme à la surface quand ils sont exposés aux fluides biologiques. Exemples : PERIOGLASS®, BIOGRAN®, BIOGLASS®. 4° Le sulfate de calcium : C’est le plus ancien des substituts osseux. Le sulfate de calcium hémihydraté, de formule CaSO4, correspond au “plâtre de Paris”. Inorganique, ce matériau, non-poreux, se caractérise par une bonne résorbabilité (1 à 2 mois) et présente la possibilité d’inclure des antibiotiques. Il ne possède pas d’activité ostéo-conductrice* et présente une faible résistance mécanique. Exemple : LIFECORE®, OSTEOSET®. 5° Les matériaux composites: Ils sont composés de deux parties : inorganique ( phase phospho-calcique : hydroxyapatite, β-TCP, phosphate de calcium Ca342 ) et organique ( collagène, chondroïtine sulfate, peptides) Biocompatibles, ils possèdent des propriétés biomécaniques intéressantes. Leur potentiel d’ostéoconduction est variable selon les procédés de préparation. Exemple : BIO-OSS ® COLLAGEN : granules 0,25 – 2 mm : préparation à partir d’os cortical ou Turbine dentaire d’os spongieux. Sa résorption est lente. *Lexique : Ostéoformation, ou ostéogénèse : construction de la matrice osseuse par des cellules ostéoformatrices. Ostéoconduction : propriété passive d’un matériau biocompatible qui peut recevoir la repousse osseuse, par invasion vasculaire et cellulaire à partir du tissu osseux receveur au contact duquel il se trouve.//

Comments are closed.