Les couronnes dentaires

Cette technique est employée quand la teinte et la structure de la dent ne sont pas harmonieuses et nécessitent une correction, ce qui est souvent le cas avec les dents usées. Les dentistes pratiquent alors en règle générale, une couronnoplastie : ils gardent la dent d’origine et la renforcent à l’aide d’une couronne. “On réalise une couronne quand une dent a eu une grosse carie ou qu’elle a été fracturée. La dent est fortement délabrée, on la restaure à partir d’un matériau de reconstitution comme par exemple une résine puis on prépare la dent et on pose la couronne. C’est un cerclage de la dent” explique le Dr Christophe Lequart. C’est ce qui se passe dans la majorité des cas. Dans d’autres, la dent est trop abîmée pour que la couronne puisse être posée dessus. “On pose alors une pièce intermédiaire appelée inlay-core ou « faux moignon » qui reconstruit la partie visible de la dent dans la bouche. L’inlay-core Détartreur Dentaire est fixé dans la racine de la dent par l’intermédiaire d’un tenon. Il sert de support à la future couronne” poursuit notre interlocuteur. C’est ce qu’on appelait “dent sur pivot” mais le terme n’est plus employé de nos jours. A savoir : Tous les dentistes sont habilités à effectuer la pose d’une couronne dentaire. Il existe trois grands types de couronnes : – Couronne métallique : couronne composée de métaux non précieux (nickel, chrome…), semi-précieux ou précieux (paladium, or…). – Couronne céramo-métallique : couronne à la couleur des dents dont la chape est en métal et l’extérieur en céramique. Le métal peut être non précieux, semi-précieux ou précieux. – Couronne céramo-céramique : couronne entièrement en céramique. Laquelle choisir ? “Le premier critère est l’esthétisme puis cela dépend du cas clinique. Parfois, on ne peut pas réaliser une couronne céramo-céramique (par exemple en cas de bridge de grande étendue)” souligne le Dr Christophe Lequart. Le prix est aussi un critère à prendre en considération sachant que les couronnes métalliques sont les moins onéreuses. Généralement, la pose d’une couronne se passe sans problèmes. Néanmoins, on peut parfois avoir quelques petits désagréments. Des douleurs : “Il est possible de ressentir des petites douleurs dans les jours qui suivent la pose, par exemple quand il n’y a pas eu de couronne provisoire en résine. La gencive a pu repousser sur la dent ce qui fait un peu mal” précise le Dr Lequart. Un abcès : “On peut avoir un abcès après la pose d’une couronne mais c’est alors lié au traitement de dévitalisation, par exemple s’il a été mal réalisé, et non à la pose de la couronne en elle-même” explique le spécialiste. Des démangeaisons : “Plutôt que des démangeaisons, on peut avoir une sensation de compression au niveau de la couronne.” Cet effet reste passager. “Il n’y a pas de contre-indications à la pose d’une couronne” indique le dentiste. Il faut simplement faire attention au risque d’allergie à l’un des matériaux constituants de la couronne. « En particulier pour l’allergie au nickel qui est de plus en plus fréquente chez les femmes à cause du port des bijoux en nickel” prévient le Dr Lequart. La pose d’une couronne est faiblement prise en charge par l’Assurance maladie. Ainsi, la base de remboursement est de 107,50 euros par dent. “Une base qui n’a pas été réévaluée depuis 30 ans” souligne le Dr Lequart. Or, les honoraires des couronnes ont augmenté depuis ! Bien sûr, il reste la part complémentaire des mutuelles auprès desquelles il faut se renseigner avec le devis –obligatoire- délivré par le dentiste mais comme les dentistes peuvent pratiquer des honoraires libres sur les prothèses, la note peut vite s’alourdir ! Selon votre situation, le dentiste peut vous proposer la pose d’une couronne, d’un bridge ou d’un implant. Mais quelles différences ? Couronne : La couronne est un cerclage de la dent et ne peut concerner qu’une dent à la fois. Elle est pris en charge sur la base de 107,50 euros par dent. Bridge : quand une dent est absente. Pour poser un bridge, il faut que le dentiste puisse couronner au moins une dent en avant la dent absente et au moins une dent en arrière. Ce sont les piliers du bridge. Pour remplacer la dent absente, le dentiste pose une couronne qui affleure la gencive et qui est soudée aux deux autres couronnes. Ce qui fait un pont. Prise en charge : si la ou les dents en avant et en arrière nécessitaient la pose d’une couronne, la SS prend en charge 107,50 euros par dent et 64,50 euros pour la couronne remplaçant la dent absente. Si les dents supports ne nécessitaient pas la pose d’une couronne, il n’y a aucune prise en charge pour elles-ci et seulement 64,50 euros pour la dent absente. Implants : quand une ou plusieurs dents lampe à photopolymériser sont absentes. Le dentiste met en place une racine artificielle en titane sur laquelle va se connecter à une pièce intermédiaire, un faux moignon implantaire. La couronne sera posée ensuite sur ce faux-moignon implantaire. L’intérêt est qu’il n’y a pas l’obligation de couronner une dent en avant et une dent en arrière, contrairement au bridge. Prise en charge : 64,50 euros pour la couronne remplaçant une dent manquante. Le reste n’est pas pris en charge par l’Assurance maladie mais peut l’être par votre complémentaire. Une dent couronnée est souvent dévitalisée avant, mais pas toujours. La dévitalisation consiste à retirer le nerf de la dent et à obturer l’intérieur des racines avec un matériau d’obturation. “Quand la dent est reconstituée, on la détoure en lui donnant un peu la forme d’un pâté de sable. On prend une empreinte adressée ensuite au prothésiste qui réalise la couronne. Celle-ci sera collée sur la dent après essayage” explique le Dr Christophe Lequart. La pose d’une couronne ne nécessite pas d’anesthésie.//

Comments are closed.