Le grand écart des prix par département entre optique, dentaire et audition

En optique, pour les prothèses dentaires ou auditives, le “reste à charge” – ce qu’il vous reste à payer après remboursement par la Sécurité sociale et la complémentaire santé – varie fortement d’un département à l’autre. Pour une paire de lunettes, un  patient paie 4 euros en Ariège contre 236 euros à Paris. Pour les prothèses dentaires, le montant passe de zéro euro dans les Ardennes et en Haute-Loire à 146 euros dans les Yvelines. En termes de prothèses auditives, l’écart le plus important se situe entre la Mayenne (477 euros) et la Haute-Saône (1049 euros). Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Nettoyeur ultrasonique sur outil dentiste.

alt

Voilà ce qu’il ressort des chiffres de l’Observatoire de la Mutualité Française à paraître ce mercredi dans les quotidiens régionaux du groupe Ebra (Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Paca). “On constate que le prix des lunettes et des prothèses s’ajuste aux capacités contributives de la population (…) les mutuelles doivent pouvoir discuter avec les opticiens et audioprothésistes sur des tarifs maitrisés, via leurs réseaux. La définition de thermoformeuse dentaire,connaissez-vous?

Ces écarts prennent en compte les différences de mode de vie des ménages selon les territoires. Si tous les ménages consommaient le panier de biens et services moyen d’un ménage métropolitain, les écarts de prix seraient encore plus marqués. En revanche, un ménage d’outre-mer ne ferait qu’une économie limitée en payant son panier habituel aux prix métropolitains. Globalement, les écarts de prix s’expliquent en grande partie par la cherté des produits alimentaires outre-mer : à ces prix, un ménage métropolitain paierait son alimentation de 37 % à 48 % plus cher ; un ménage d’outre-mer, lui, la paierait de 17 % à 23 % moins cher en métropole.Dents noires causes

Le « reste à charge » ne peut se résumer qu’à une question de remboursements.  Si on les augmente, il risque d’y avoir des effets d’aubaine, les tarifs des dispositifs médicaux augmentant dans les mêmes proportions (et laissant alors le reste à charge des Français inchangé). Il faut que l’Assurance maladie et les mutuelles remboursent davantage, mais il faut aussi une action sur les prix des lunettes et des prothèses.”, plaide Thierry Beaudet, le président de la Mutualité française dans une interview aux quotidiens régionaux du groupe Ebra.

Le Conseil de l’Ordre des Médecins Dentistes veut moins de dentistes tunisiens diplômés à l’étranger

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *