L’assistante dentaire encaissait les chèques des patients sur son compte

L’affaire a été traitée par les fonctionnaires du commissariat d’Avion et a nécessité de nombreuses investigations. Et pour cause : les faits ont duré huit ans, de 2006 à 2014. Pendant tout ce temps, une assistante dentaire de 52 ans travaillant dans un cabinet du Lensois a encaissé les chèques de plusieurs patients sur son propre compte. Quand vous avez besoin de comprendre en détail, vous pouvez chercher plus d’aéropolisseur dentaire sur matériel dentaire.

alt

Elle est organisée en alternance, dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ou d’une période de professionnalisation. Il faut donc être embauché par un cabinet dentaire pour suivre la formation et obtenir le Titre d’assistante dentaire. La formation dure dix-huit mois et comprend un enseignement complet, à la fois théorique et pratique. Questions et réponses

Elle était chargée de l’encaissement dans un cabinet dentaire et profitait de son statut pour renflouer ses comptes, elle-même souffrant d’importantes dettes. Au total, les enquêteurs ont estimé le préjudice à près de 230 000 €. La supercherie n’a pas été découverte tout de suite et elle n’a cessé qu’à son licenciement pour faute grave, en 2014 donc.

Participation obligatoire à l’accompagnement tutoral : montant forfaitaire variable en fonction de la situation géographique du cabinet, par rapport au lieu de cours (de 60 € à 250 € net en fonction de la distance à parcourir et du temps passé par le Chargé de Relation CNQAOS). Dans le cas où l’employeur ferait le choix de se déplacer sur le lieu de cours pour signer la convention de formation, en présence du salarié/stagiaire (obligatoirement dans un délai inférieur à 5 jours calendaires à compter de la réception du dossier.

Aucune saisie n’a pu être effectuée puisque les comptes bancaires de la mise en cause sont… vides. L’ancienne assistante dentaire devra maintenant s’expliquer devant le tribunal correctionnel de Béthune. L’audience est prévue pour le 22 mars. Elle devra répondre à plusieurs questions, notamment où est parti tout cet argent, pourquoi des dettes si importantes… Face à la Justice, elle s’expliquera aussi sur son mode opératoire. L’abus de confiance est passible de trois ans de prison et de 375 000 € d’amende. Sans compter les dommages et intérêts.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *