La réforme de la tarification des dentistes a donné lieu à plusieurs actions de protestation

Le gouvernement va plafonner les tarifs des prothèses dentaires et augmenter la base de remboursement des couronnes. Le recours à l’arbitrage était fortement contesté par les professionnels. Entre les dentistes et la ministre de la Santé, le torchon brûle. Les deux principaux syndicats de la profession, le CNSD et le FSDL se sont insurgés hier contre l’annonce de Marisol Touraine de la mise en œuvre de la réforme des tarifs.

La pose d’une couronne céramo-métallique, explique le communiqué, coûtera par exemple 550 euros au maximum en 2018, et diminuera jusqu’à 510 euros à partir de 2020. Ainsi, les actes prothétiques (couronnes, bridges), plus rémunérateurs pour les professionnels, seront plafonnés, tandis que les soins conservateurs et de prévention (carie, détartrage) vont être revalorisés. Vous pouvez vérifier plus de marathon micromoteur sur www.athenadental.fr

Le gouvernement annonce une revalorisation du tarif des “soins conservateurs” pour un coût évalué à 658 millions d’euros en quatre ans. Autre mesure prise par la réforme : “la création d’examens bucco-dentaires de suivi pour les jeunes à 21 ans et à 24 ans, pris en charge à 100%”. Pour les patients, il s’agit donc plutôt d’une bonne nouvelle. L’un des principaux syndicats de la profession, le CNSD, se dit quant à lui “en colère”. “Certains actes ne pourront pas être réalisés” car les tarifs “sont très inférieurs au coût de fabrication”, affirme le syndicat.”

Le gouvernement avait annoncé son intention de plafonner les actes prothétiques (couronnes, bridges), plus rémunérateurs pour les professionnels, en contrepartie d’une revalorisation des soins conservateurs et de prévention (carie, détartrage). Au total, «la revalorisation des actes pour les chirurgiens-dentistes s’élève à 273 millions d’euros, soit un gain moyen de 7 600 euros d’honoraires supplémentaires par chirurgien-dentiste libéral d’ici à 2021», a de son côté assuré le ministère. Pour le ministère de la Santé, “la revalorisation des actes pour les chirurgiens-dentistes s’élève à 273 millions, soit un gain moyen de 7.600 euros d’honoraires supplémentaire par dentiste, d’ici à 2021”. Un chiffrage contesté par la CNSD qui estime que “30 à 40 % des cabinets seront perdants”.

Apparail dentaire de l’enfant, bien ou mal?

Comments are closed.