La prothèse dentaire a été victime d’un vol 

La commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) a accordé mercredi de 4.000 à 40.000 euros à 17 victimes du “dentiste de l’horreur” de la Nièvre, condamné pour avoir mutilé ses patients, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat. Vous pouvez vérifier plus de micro moteur portable sur matériel dentaire.

Un laboratoire de fabrication de prothèses dentaires a été victime d’un vol par effraction le week-end dernier, à Cournon. Les malfrats ont ciblé du matériel de pointe. En se rendant au laboratoire, dimanche soir, « pour faire une bricole », l’un des associés de la petite structure cournonnaise s’aperçoit qu’une vitre a été cassée, visiblement à l’aide d’un morceau de béton. À l’intérieur, il constate que du matériel de valeur a disparu.

“Le préjudice permanent exceptionnel a été reconnu pour tous par la Civi qui a considéré la spécificité de ces dossiers car ce n’est pas la même chose d’être victime après un accident et à la suite d’un acte de soin”, a souligné l’avocat. Dans dix autres cas, la décision de la Civi de Bourges est attendue le 3 octobre.

Aussitôt l’alerte donnée, des policiers se sont rendus dans ce secteur résidentiel de Cournon pour procéder aux constatations habituelles. Une enquête a été ouverte. « Mon collègue habite juste au-dessus de l’atelier, mais il s’était absenté dans la nuit de samedi à dimanche. C’est sans doute à ce moment-là que le cambriolage a eu lieu », précise le co-gérant.

Le 26 avril, le tribunal correctionnel de Nevers avait condamné Mark Van Nierop à huit ans d’emprisonnement. Ce dentiste néerlandais s’était installé en 2008 à Château-Chinon (Nièvre), désert médical notoire, où il menait grand train. Mais les plaintes de patients s’étaient accumulées dès 2011, ceux-ci dénonçant des soins douloureux et mal réalisés, ainsi que des surfacturations et diverses malversations.

Les victimes vont pouvoir continuer leurs soins. Le contrat d’assurance du Néerlandais avait été annulé en mars sur décision de justice, celui-ci ayant attesté auprès de son assureur ne pas faire l’objet de poursuites aux Pays-Bas, ce qui était inexact. Face à l’insolvabilité du faux dentiste, Nicole Martin. Trois échographes, d’une valeur de 180.000 euros, avaient alors été dérobés. À ce stade cependant, aucun rapprochement n’a été fait entre ce premier « raid » et le vol survenu ce week-end.

Pour optimiser la communication avec le laboratoire de prothèse, comment faire?

Comments are closed.